Comme placement de diversification, les œuvres d’art sont très appréciées. Mais, en allant de la sélection de l’intermédiaire au choix de la stratégie de vente et avec les frais occasionnés, comment s’y prendre pour vendre une œuvre d’art ? C’est justement pour vous aider que nous avons conçu cet article. Vous allez y voir les étapes à suivre pour une vente d’objet d’art en ligne.

La première étape : l’estimation de prix

Si l’article est signé ou est reconnu pour avoir été conçu par un fantaisiste, il est automatique qu’on veuille l’authentifier. C’est une action facile à réaliser si on le trouve dans le catalogue du fantaisiste. Mais il est également possible de recourir à un émérite spécialisé dans une époque ou un courant littéraire ou encore dans certains types d’œuvres. En effet, dans l’appréciation de prix, la traçabilité d’une œuvre d’art est un élément important. Afin de connaître les dernières adjudications, la consultation des banques de données possédant une quantité importante de références va vous aider. Toutefois, les recherches d’informations doivent être affinées. Enfin, il faut savoir que certaines époques ou périodes d’un fantaisiste sont des fois plus ou moins connues, avec des écartements notables de valeur. Les experts de https://barnies.fr/ se déplacent partout à Paris et dans toute la France pour procéder à une estimation gratuite et précise de votre bien.

La deuxième étape : le choix de l’intermédiaire

Si vous souhaitez vendre une œuvre d’art, sachez que les maisons de vente possèdent des départements d’évaluation gratuite, en vue d’entretenir leurs séances. Il y également des banques privées qui ont en interne un service d’art qui s’occupe de l’accompagnement de leurs clients riches. Mais il y autant des autonomes œuvrant dans l’administration des biens artistiques à qui vous pourrez demander conseil sur une problématique ou qui peuvent réaliser toutes les opérations à effectuer, de l’appréciation de l’objet à la cession, pour son compte. Il faut toutefois faire attention car en demandant divers avis, vous risquerez de « griller » votre objet et donc de diminuer son coût. La meilleure astuce, pour cela, est d’être assez discret, en vue de tirer profit d’un effet de pénurie ou de surprise au moment de la vente d’objet d’art en ligne.

La troisième étape : la sélection du mode de vente

Pour vendre une œuvre d’art, il y a deux types de canaux de vente : le gré à gré et les enchères. Chaque canal a ses avantages. Vous ferez donc le choix, selon le type de votre article, sa valeur et sa quantité. En optant pour la première stratégie, le gré à gré, vous vous en remettrez à une galerie ou à un commerçant spécialisé qui va vous trouver un preneur qui, à son tour, va dès fois acquérir l’objet pour le revendre. Et le commerçant, lui, va vous prendre une commission. Avec le gré à gré, le délai de vente pourrait être long. Par contre, si pour vendre une œuvre d’art, vous optez pour la vente aux enchères, il y a de grands acteurs de renommée internationale qui peuvent ordonner des ventes de prestige. Il y a également des établissements de vente régionaux connus pour certains types d’articles (jouets, poupées, montres…). La majorité des établissements de vente intègre les enchères en ligne présentées pendant l’adjudication. Cela permet de céder son lot à des acquéreurs Français et étrangers non présents dans la salle. Si donc la vente d’objet d’art en ligne vous enchante, cette solution pourrait vous intéresser. Mais ici, la mise à prix, habituellement inférieure à l’évaluation basse, doit être captivante afin d’éveiller des enchères. Sachez également qu’il existe aussi ce qu’on appelle le prix de réserve. C’est le prix minimum en-deçà duquel l’article ne sera pas adjugé. Déterminé avant la vente, il doit être inférieur ou égal à l’évaluation basse. Enfin, en général, le règlement de la vente se fait de 30 à 35 jours après la cession.