Akbar Padamsee est un artiste peintre indien né en 1928. Il a su mettre en place une communauté à la limite du concept et de la représentation. Il a utilisé diverses méthodes et n’a pas fait que la peinture. Il s’est également spécialisé dans la photographie et le cinéma. Mais focalisons-nous sur son portrait de peintre et ses œuvres.

Biographie de l’artiste peintre indien Akbar Padamsee

Akbar Padamsee est né à Bombay – Inde – le 12 avril 1928. Il était encore étudiant à la Sir J.J. School of Art de Mumbai quand a été fondé par Francis Newton Souza le groupe d’artistes nommé « Progressive Artists’ Group », à Bombay. Cette création de groupe a vu le concours, entre autres, de Vasuedo S. Gaitonde, Sayed Haider Raza, Maqbool Fida Husain, Thyeb Mehta et Jaminy Roy. Le peintre est diplômé en 1948 de l’école d’art de Mumbai. A ce moment, Sayed Haider Raza s’est vu octroyé une bourse d’étude en France et a pris alors la décision de convier Akbar Padamsee à venir avec lui à Paris. Mais c’est seulement en 1951 que le fantaisiste va réaliser ce voyage initiatique pendant lequel il a fait la rencontre de Stanley William Hayter, un de ses futurs conseillers qui l’a incité à intégrer l’Atelier 17 (l’Atelier de Hayter). Akbar Padamsee est un artiste peintre qui a su imposer une communauté à la limite du concept et de la représentation. Il a parcouru, au fil des années, des procédés distincts et s’est également expérimenté dans la photographie et le 7ème art. Grâce à tout cela, il est devenu l’un des artistes peintres indiens contemporains les plus côtés.

Des œuvres riches

Au fil des années, le peintre contemporain indien va explorer des thèmes différents comme les couples, les prophètes, la nature morte, les paysages et autres. Il utilise également diverses matières et de nombreux supports pour la réalisation de ses œuvres. Nous pouvons citer, entre autres, le graphisme sur ordinateur, la photographie, la sculpture, l’aquarelle, l’acrylique et l’huile. Suite à son voyage parisien où il commencera dans le quartier de Montparnasse, il se verra  octroyer la médaille du journal des arts par André Breton, un des partisans du mouvement « surréalisme ». L’année 1954, le fantaisiste fera une exposition seul, pour la première fois, à Mumbaï. Il avait toujours en tête l’idée de se différencier des autres et de garder son identité par le biais d’une allure empirique et isolée. Parmi ses œuvres célèbres, il y a eu « Lovers » en 1952 et «The Prophet » en 1953.

Importance accordée peu à peu à la notion de lumière

Petit à petit, l’artiste peintre indien va omettre les peintures vives imprégnant ses toiles initiales, pour réaliser des œuvres aux teintes de grisSes ouvrages autour de cette couleur ont été réalisés entre 1959 et 1960 et représentent d’immenses réalisations dans sa carrière. Ses toiles comme « Woman in landscape », « Juhu » et « Greek Landscape » vont, en effet, être reconnues de par les notes lyriques qui en découlent ainsi que leur grande qualité. Le peintre semble saisir la lumière et s’en immerger, afin de mieux l’utiliser et octroyer de l’ampleur à ses réalisations. Le concept de luminosité se retrouve particulièrement dans les photographies d’Akbar Padamsee, parmi les divers genres qu’il explore.