Si vous êtes un débutant dans l’aquarelle, eh  bien, ici, vous êtes sur la bonne page. Vous y sont données des astuces pour les novices ainsi que les différentes techniques de la peinture à l’aquarelle, à savoir : les techniques « humide sur sec » et « humide sur humide ».

Débutant dans l’aquarelle ? Voici les astuces

Si vous êtes novice, il faut bien que vous débutiez quelque part. Pour cela, vous êtes conseillé de commencer petit à petit en prenant le temps de tirer profit de vos nouveaux talents de fantaisiste. Certes, manier la peinture pour aquarelle est amusant mais cette activité peut être des fois ennuyeuse. Faites donc attention à l’approche que vous adoptiez. En effet, cette technique de peinture est l’une des plus plurivalentes. Vous pouvez peindre des tableaux impressionnistes, libres, des images précises et très détaillées…, bref, tout ce que vous voulez. Toutefois, ne commencez pas directement par vouloir réaliser un chef-d’œuvre. Procédez petit à pas tout en apprenant par étape. Vous ne vous sentirez à l’aise avec les pinceaux pour aquarelle qu’après plusieurs essais. Néanmoins,  ne vous découragez pas si vos premières réalisations sont insatisfaisantes. La maîtrise de l’utilisation des pinceaux pour aquarelle s’acquiert à la suite d’efforts répétitifs. Voyons ci-dessous les deux techniques utilisées dans la peinture à l’aquarelle.

La technique « humide sur humide »

Avant de parler de cette technique, nous allons d’abord voir ce que c’est qu’un lavis. Le lavis désigne le coloris sous tous ses états. C’est celui que vous déployez dans l’eau pour une première application et également celui qui est à laisser sec sur le papier. Il y en a trois sortes : le multicolore, le dégradé (changeant en intensité, du sombre au clair et du clair au sombre) et l’aplat (plage de coloris homogène). La vérification de l’intensité du lavis (en le mettant sur un papier autre que celui que vous utilisez), avant la réalisation de la peinture pour aquarelle, est importante. Une fois sec, le lavis sera beaucoup plus clair que pendant l’application. Parlons à présent de la technique « humide sur sec ». Ici, l’aquarelle sera appliquée sur une surface sèche, sur un ancien lavis sec (c’est le cas de glacis) ou sur le papier vierge. La peinture, lorsqu’elle est appliquée, reste en place. Elle ne coulera pas. Les bords, eux, lorsqu’ils sont secs, seront bien nets. La technique « humide sur sec » n’est pas difficile à maîtriser. Vous l’utiliserez si vous souhaitez avoir un rendu précis. Si vous voulez intensifier un coloris, sur les précédents qui sont déjà secs, posez de nouveaux lavis.

La technique « humide sur humide »

Ici, l’aquarelle sera appliquée sur une surface mouillée, soit sur une couche de peinture encore mouillée, soit sur un papier vierge humidifié. Une fois apposée, la couleur jaillit au contact de la surface humide. Notez que si vous utilisez cette technique, il faut savoir que plus le papier est humide, plus la peinture à l’aquarelle jaillit et s’éparpille. A leur séchage, les bordures seront imprécises et floues. Ce procédé imprévisible requiert un peu d’exercices. Toutefois, il vous permettra d’avoir de jolis effets immédiats, parfaitement accommodés  aux traitements de végétation ou de cieux. Enfin, maintenant que vous avez les notions de base pour réaliser de la peinture à l’aquarelle, exercez-vous pour devenir, pourquoi pas, comme les grands artistes peintres. Alors, à vos pinceaux pour aquarelle !